Inès

2017

Inès a terminé ses cours pour la maîtrise (journalisme) en 2016. Elle s’est mariée et a un enfant de quelques mois. (Solidarité)

2016

Nous avons obtenu une subvention de 500 € pour qu’Inès réalise une étude sur les média du Burkina. Elle ne l’a jamais faite ; nous avons dû rendre l’argent. Il est inutile de dire qu’elle n’était pas chez elle quand nous avons appelé. Nous avons parlé avec sa tante Pauline. Cette année, Inès devrait finir un programme de Master d’un an dans le domaine du journalisme. (Day 7)

Fred avec tante Pauline.

Fred avec tante Pauline.

2015

Inès et Josiane sont cousines. Elles habitent toutes les deux avec leur tante Pauline et le mari de cette dernière. Nous suivons Inès avec intérêt depuis ses années au lycée. Elle disait qu’elle voulait devenir journaliste.

Inès, deuxième à partir de la droite, avec son oncle, Mariam du groupe de femmes universitaires du Burkina, à droite, et Marion notre stagiaire, janvier 2013.

Inès, deuxième à partir de la droite, avec son oncle, Mariam du groupe de femmes universitaires du Burkina, à droite, et Marion notre stagiaire, janvier 2013.

En 2014, nous avons reçu une subvention pour Inès de la part de la fondation d’un journal local de Bretagne. En échange, ils lui ont demandé de réaliser pour eux une étude sur les média du Burkina. C’était une grande chance pour elle. Je l’ai mise en relation avec un ancien employé du gouvernement chargé des relations avec les média, Bassirou. Il a dit qu’il l’aiderait.

Bassirou donne des conseils à Inès sur le projet de recherche.

Bassirou donne des conseils à Inès sur le projet de recherche.

 

2014

Inès avait le moral quand nous l’avons vue en janvier. Elle est en deuxième année de journalisme à l’Université Libre du Burkina, qui travaille en partenariat avec l’Université Libre de Bruxelles. Avec de la chance (et beaucoup de travail), elle obtiendra son diplôme de Licence en 2015.

Ines

Les perspectives sont bonnes. En première année, elle avait une moyenne supérieure à 14, obtenant ainsi une mention honorable.

Après la mort de son père, il y a plus de 20 ans, sa mère s’est remariée et a eu trois autres enfants. Inès est partie vivre chez son oncle dans la capitale. Sa tante est magistrate et gagne un bon salaire, mais son oncle est sans emploi depuis 2008. Ils ont trois enfants. En plus d’Inès et d’une autre membre de la famille, Josiane, que nous soutenons également, il y a deux autres enfants au sein de ce foyer bondé.

Day03_20Nous avons discuté des finances de la famille avec sa tante Pauline, à gauche sur la photo, et avons décidé de partager avec elle les coûts relatifs à Inès et à Josiane. Nous payons les frais de scolarité, elle paye le reste. Cela fonctionne bien.

France

Email: info@chanceforchangecharity.org