2016 Burkina Day 15: Trip to Bobo Dioulasso

Jour N° 15 : voyage à Bobo Dioulasso

21 janvier 2016

Le voyage que j’ai fait l’année dernière sur un car de STAF était à se faire dresser les cheveux sur la tête tant ils conduisaient si vite. Marcel m’a recommandé un nouveau service, climatisé et qui semble plus sûr : TSR. Nous avons donc réservé un aller et retour. Nous avions toute la matinée de libre.

Vous souvenez-vous de Diane Alida ? Elle avait échoué en secondaire et s’est qualifiée en école d’infirmières. Père Albert nous avait demandé de l’aider. Elle se lève à 5H du matin, quitte à 6H et marche jusqu’à l’école pour arriver à 7H30. J’ai demandé au conseil leur accord pour lui acheter une bicyclette. Ils ont accepté.

Marcel m’a conduit jusqu’à une boutique de bicyclettes.

Nous en avons choisi une mais j’ai décidé de l’essayer.

Nous l’avons mise dans le coffre de la voiture…

…et l’avons apportée chez elle. Elle était à l’école mais son père était là. Je lui ai expliqué comment fonctionnait l’anti-vol. Il m’a remercié, me tendant sa main gauche. Il semble souffrir de quelques paralysies.

De retour à la maison de Père Albert, j’ai déjeuné avant de repartir : une des délicieuses omelettes de Julienne, avec une bière locale : Brakina.

Le car TSR était là : très bien entretenu et relativement neuf (de10 à 15 ans).

Marcel a placé ma valise dans un coin bien protégé, à côté d’une moto qui semblait tomber en ruines.

Au dessus de nos têtes, nous pouvions voir des écrans qui diffusaient des vidéos stridentes, tout comme ce que nous avions dans les cars STAF, sauf que ceux-ci n’avaient pas d’écrans : un avantage peu convaincant.

J’ai essayé de ne pas écouter, me contentant de regarder le paysage très paisible à travers les vitres tintées.

TSR a fait trois ou quatre arrêts, comme l’avait fait STAF, chacun avec sa multitude de marchants ambulants.

L’Afrique semble de plus en plus jonchée de détritus de tout genre mais surtout de sacs en plastique. Il y aurait la possibilité pour quiconque de chercher à faire un profit de cela….

Nous sommes arrivés à l’heure prévue, 4H30 plus tard après avoir parcouru 284 kms. J’étais attendu par Dr Etienne Traoré, récemment à la retraite de l’OMS, et Directeur de notre fond de santé.

Il m’accompagnera dans toutes mes visites ici mais c’est avec d’autres amis que je logerai. Il s’agit de Dr. Odile Pagezy et de son époux, Yves. Dr. Traoré m’a déposé chez eux. Yves a pris sa retraite l’année dernière et ils ont quitté la maison de sa compagnie pour emménager dans cette charmante location au bout d’une rue très tranquille.

C’est la troisième ou quatrième fois qu’ils m’ont si gentiment hébergé et nourri.

* * *

France

Email: info@chanceforchangecharity.org