2016 Burkina Day 18: Rokia, Mouniratou

Jour N° 18 : Rokia et Mouniratou

24 janvier 2016

 

Nous étions dimanche et le programme était très léger. Marguerite, l’épouse de Dr. Traoré, est pharmacienne et a travaillé de nuit toute la semaine. Etant pour la première fois libre aujourd’hui, j’ai conseillé à Dr. Traoré de rester avec elle.

Dr. Pagezy viendra avec moi rendre visite à Rokia car c’est elle qui nous a demandé de l’aider.

La cousine de Rokia faisant sa lessive dans la cour.

J’étais venu à Bobo avec deux ordinateurs reconditionnés, l’un pour Rokia et l’autre pour l’association humanitaire de Dr. Pagezy. Rokia nous avait spécifiquement demandé un ordinateur, ce qui était très surprenant car nos bénéficiaires n’ont jamais connu l’usage des ordinateurs.

Rokia était ravie.

2016_Burkina_Day18_Rokia_computer
Nous nous sommes installés dans le salon de cette maison de deux pièces. La cuisine se trouve dans un coin, comme c’est l’habitude ici. Le salon est partagé en deux pour y abriter une chambre pour deux de ses tantes. L’une d’elles vend du pain qu’elle porte dans une écuelle sur sa tête en vendeuse ambulante. L’autre vend des tomates au marché.

2016_Burkina_Day18_kitchen
Rokia dort avec trois cousines et son fils de quatre ans, Mohammad Achille.

2016_Burkina_Day18_bed
Je lui ai demandé de me parler d’elle.

2016_Burkina_Day18_Rokia_Fred
Son père travaille en Côte d’Ivoire depuis années et sa mère est décédée en couches en 2004. Elle a obtenu son bac en 2011, l’année de naissance de son fils. Grâce au bac, elle a enseigné en école primaire de 2011 à 2015 mais elle n’était pas satisfaite. Enseigner n’était pas ce qu’elle recherchait. Elle voulait s’occuper de la personne. Maintenant, grâce à nous, elle se trouvait dans la bonne voie : être infirmière.

Elle aurait désiré se marier avec le père de son fils, qui lui-même l’aurait voulu mais les familles n’étaient pas d’accord. Elle est musulmane et lui est catholique, ce qui explique le nom du garçon : Mohammad Achille. Ils sont maintenant séparés mais le père rend visite à son fils assez régulièrement.

2016_Burkina_Day18_Mohammad_Achilles
Rokia nous avait demandé 50.000 CFA pour ses fournitures mais nous avions réduit cela à 15.000. Cependant, elle nous a expliqué qu’il lui a été demandé d’apporter deux blouses, un stéthoscope, un thermomètre et quelques autres choses totalisant près de 30.000 CFA. De plus, il lui faut des photocopies presque tous les jours pour 100 CFA par page. Il semble que sa demande initiale était plus ou moins correcte. Je lui ai promis d’essayer de corriger ceci dans notre budget. Nous nous sommes quittés.

Rokia avec un échantillon de ses copies de la journée.

Mouniratou, qui va à la même école, ne nous avait rien demandé pour les fournitures. Nous lui avions accordé la même chose qu’à Rokia, 15.000 CFA. Je me demande comment elle fait pour ses photocopies.

Odile a suggéré que nous donnions à Mouniratou l’ordinateur qui était destiné à son association. Ainsi, les deux filles seront à égalité. « vous pourrez toujours m’en envoyer un autre » dit-elle. J’ai accepté. Nous avons demandé à Mouniratou de nous rencontrer quelque part, pas trop loin de chez elle. (Odile a une voiture neuve et je ne voulais pas risquer ce chemin truffé d’ornières vers la maison de Mouniratou).

Nous nous sommes rencontrés dans la cour d’une école toute proche. Odile a présenté l’ordinateur à Mouniratou qui a semblé stupéfaite.

2016_Burkina_Day18_Mouniratou_computer
Puisqu’elle n’y connaît rien aux ordinateurs, Odile lui a donné quelques notions élémentaires, comme l’allumer.

2016_Burkina_Day18_Rokia_computer_2
Comment paie-t-elle pour ses photocopies. « J’emprunte de l’argent auprès de mon frère aîné ». C’est bien. La famille est impliquée.

Le programme de la journée était terminé. J’étais de retour chez Yves et Odile pour un après-midi de paresse. Hélas, Odile ne connaît pas la signification du mot paresse.

Tous les dimanche après-midis, les enfants de certains de leurs amis viennent pour jouer ou apprendre. « C’est souvent comme une sorte d’anonymat dans les grandes familles africaines » m’a-t-elle expliqué. Les enfants apprécient ces rencontres seul à seul avec un adulte.

2016_Burkina_Day18_Yves_Odile
Odile reçoit beaucoup de choses de toutes sortes par l’intermédiaire de ses œuvres de charité. Il y a en tant qu’ils ont dû construire une cabane dans le jardin et pourtant, elle en donne toujours beaucoup autour d’elle.

2016_Burkina_Day18_boxes
Certains arrivent à point pour les journées de jeux.

2016_Burkina_Day18_games
La preuve….

2016_Burkina_Day18_puzzel
2016_Burkina_Day18_crafts
2016_Burkina_Day18_toys

France

Email: info@chanceforchangecharity.org