2016 Burkina Day 23: Christiane, Jean-Pierre, Pélagie

Jour N° 23 : Christiane, Jean-Pierre et Pélagie

29 janvier 2016

Avant mes premiers rendez-vous de la journée, j’ai décidé de m’arrêter dans les bureaux de Christiane qui s’occupe de nos comptes au Burkina. J’avais une longue liste de problèmes à résoudre avec elle. La météo était toujours la même.

2016_Burkina_Day23_dusty_downtown
Awa, en bas à gauche, était en train d’emballer ses objets personnels puisqu’elle quitte Christiane pour un travail à plein temps. C’était le premier jour de travail pour Sonya, assise, qui sera la remplaçante d’Awa. Nous avons tout réussi très efficacement (nous avions payé pour la dernière année des études de Sonya pour son master en comptabilité).

2016_Burkina_Day23_Awa_Sonya
Il était temps maintenant d’aller au Lycée Kwameh Nkrumah A. Les alentours n’étaient pas terribles.

2016_Burkina_Day23_neighborhood
Jean-Pierre, un ami de longue date de Christiane, en est le directeur. J’avais arrangé un échange de correspondance entre son école et les élèves d’une classe d’une école de notre petite ville en France. Les enfants semblent tous très irrépressibles.

2016_Burkina_Day23_school_kids
Jean-Pierre leur a parlé de la Bretagne en particulier et de la France en général.

2016_Burkina_Day23_Jean-Pierre
De mon côté, je leur ai mentionné la vie du Chef d’Issouka et l’histoire du peuple Mossi. Ils semblaient très intéressés.

2016_Burkina_Day23_classroom
J’ai ajouté que je chercherai de l’argent pour financer un voyage scolaire de Koudougou jusqu’au palais du Chef d’Issouka. Ils ont adoré l’idée. Pourquoi me suis-je embarqué dans ce genre d’histoires?

2016_Burkina_Day23_classroom_2
Après le déjeuner, nous sommes allés à Watam déposer le chèque pour la moto de Pélagie. J’avais obtenu l’accord de notre conseil, sans beaucoup d’enthousiasme de la part de notre trésorier. Arrivant chez l’oncle de Pélagie où elle habite, nous y avons rencontré sa sœur Jacqueline qui commence ses cours en vue d’un master en environnement et développement durable. Mon Dieu!! Quatre maintenant dorment dans ce si petit salon!!

2016_Burkina_Day23_Pelagie_Jacqueline
Nous avons signé tous les papiers nécessaires mais il faudra quelques heures avant que la moto ne soit prête.

2016_Burkina_Day23_sign_bike
J’ai insisté pour que Pélagie achète un casque. Nous nous sommes donc arrêtés dans une boutique Yamaha. De nouveau, Pélagie a réussi à faire du charme au vendeur pour obtenir une réduction de prix. Elle semblait sortir de « la guerre des étoiles ».

2016_Burkina_Day23_helmet
Nous avons laissé Pélagie et sommes retournés dans les bureaux de Christiane. Je voulais lui parler de l’idée merveilleuse que j’avais que Pélagie et Jacqueline partagent un appartement. Idée stupide, a-t-elle rétorqué. Les jeunes filles ne sont en sûreté que si elles habitent en famille. Nous avons donc essayé de trouver des alternatives, ou bien rester chez l’oncle, ou avec la grand mère. Je suis parti retrouver Pélagie pour aller chercher la moto et ai demandé à ce que Jacqueline vienne avec nous afin de discuter de ces possibilités de logement.

2016_Burkina_Day23_Pelagie_Jacqueline_2
Nous sommes donc tous montés dans la voiture et je leur ai expliqué ce que Christiane suggérait. « Mauvaise idée » ont-elles répondu. Grand-ma habite trop loin et l’oncle n’a pas assez de place. Nous devrons en discuter tous ensemble avec Christiane. Nous sommes allés chercher la moto.

2016_Burkina_Day23_Pelagie_motorbike
J’ai acheté un anti-vol et nous sommes tous retournés chez Christiane qui a évoqué très explicitement le sujet : Vous savez ce qui arrive aux femmes qui vivent seules. Les hommes mariés viennent près d’elles, sont pleins de charme. Ils sont souvent aisés financièrement. Ils vous font la cour et vous devenez enceinte. L’homme marié disparaît.

2016_Burkina_Day23_meeting
Pélagie a protesté. Une fille imprudente peut devenir enceinte même si elle vit en famille. Ma mère nous fait confiance (leur père est décédé il y a trois ans). Christiane a abandonné : « je ne peux décider pour vous mais vous devrez prendre vos propres responsabilités ». Les deux sœurs semblaient soulagées.

2016_Burkina_Day23_Pelagie_Jacqueline_3Pas moi. Nous avions dû prendre une telle décision il y a cinq ans pour Diane. Heureusement, tout s’est bien passé. Elle est en dernière année de master et elle est hors de danger. Serons-nous aussi chanceux avec Pélagie et Jacqueline ?

Les deux filles sont parties dans la nuit sur leur moto.

2016_Burkina_Day23_Pelagie_Jacqueline_4

Ce soir là, j’ai dîné avec Dr. Lydie Tapsoba, la représentante de notre fond de santé à Ouaga. Je suis rentré à l’hôtel vers 11H. La police était là. Je suis allé dans ma chambre. Quelqu’un frappait à la porte : « police » ont-ils dit, passeport s’il vous plaît.

Après le leur avoir montré, ils m’ont demandé le but de ma visite et je leur ai expliqué. Ils ont semblé satisfaits. Avant de fermer la porte je leur ai dit : «  merci pour votre vigilance » Ils m’ont répondu par d’immenses sourires.

France

Email: info@chanceforchangecharity.org