2017 Jour 11

Jour 11

vendredi 20 janvier 2017

Dr. Traore? et moi-me?me avons commence? notre journe?e a? l’Universite? Catholique de l’Afrique de l’Ouest ou? nous avons deux be?ne?ficiaires en droit—Pe?lagie et The?re?se. La Direction se trouvait dans ce beau ba?timent de la pe?riode coloniale.

Les jeunes femmes sont arrive?es avec un de leurs professeurs, Dr. Penou-Achille Some?, qui a de?clare? qu’il y avait un manque de professeurs en droit au Burkina. Bien entendu, puisque pour e?tre professeur, il faut un doctorat.

Il faisait chaud ce matin—35 degre?s. Nous sommes donc reste?s dehors pour discuter a? l’ombre d’un arbre. De plus, c’est en ce moment la saison fraiche. Pe?lagie se spe?cialise en droit international. Normalement nous n’encourageons pas nos candidates a? e?tudier le droit—c’est trop difficile. Mais elle avait de bonnes notes en secondaire. Nous avons donc accepte? cela pour elle.

Pelagie

Professor Some? nous a informe? que l’universite? allait de?me?nager vers un nouveau campus. La faculte? de droit de?me?nagera lundi prochain. Pour Pe?lagie, la distance entre chez elle et l’universite? allait beaucoup augmenter. Au lieu de 2-3 kms qu’elle faisait a? pied, il faudra qu’elle fasse 8 kms, donc 16 kms aller-retour. J’ai de?cide? tout de suite de lui acheter un ve?lo.

C’est une autre association humanitaire en Bretagne qui nous a recommande? The?re?se. Elle se spe?cialise en droit public. Elle aussi avait d’assez bonnes notes en secondaire, ce qui nous a donne? confiance. Nous lui avons donne? un ve?lo l’anne?e dernie?re. Nous irons visiter les deux familles cet apre?s-midi.

The?re?se

Je suis retourne? chez Odile pour de?jeuner. Il y a deux ans, Odile nous a propose? d’aider deux soeurs, Rokia et Safiatou. Safiatou va terminer ses e?tudes cette anne?e. Odile a donc sugge?re? une nouvelle candidate: Sita que j’ai interviewe?e sur la terrasse.

Le pe?re de Sita est de?ce?de? il y a quelques anne?es. Il gagnait assez bien sa vie en tant que chauffeur. Apre?s son de?ce?s, la famille est devenu ne?cessiteuse. Sa me?re faisait le me?nage pour moins d’un euro par jour. Ses quatre enfants e?taient de?scolarise?s par manque de moyens. Avec l’aide d’Odile, Sita, son fre?re et ses deux soeurs ont e?te? parraine?s et ont pu retourner en classe. Sita a de bonnes notes. Elle veut e?tre infirmie?re.

Sita

Apre?s le de?jeuner, Dr. Traore? et moi-me?me sommes alle?s chez The?re?se. En route, nous avons recueilli Soeur Vitaline, une religieuse qui a passe? plus de deux ans a? Saint-Brieuc. En fait, c’est elle qui nous a propose? The?re?se.

Puisque la plupart des rues n’ont pas de noms et la plupart des maisons n’ont pas de nume?ros, le seul moyen de trouver quelqu’un est de donner rendez-vous a? un endroit pre?cis et de suivre la personne jusque chez elle. Nous avons donc suivi The?re?se qui e?tait a? ve?lo.

Elle nous a invite? a? entrer dans la maison qu’elle partage avec ses trois soeurs.

Dr. Traore? and Soeur Vitaline se sont installe?s sur un banc dans le salon.

The?re?se nous a ensuite montre? la chambre ou? les quatre jeunes femmes dorment. C’est normal ici de n’avoir ni penderie, ni commode. Les ve?tements sont donc range?s par terre.

Quand son pe?re a su que nous e?tions la?, il a fait 35 kms a? moto pour nous remercier de l’aide que nous donnons a? sa fille. The?re?se ne sourit pas beaucoup et j’ai quelque difficulte? a? savoir ce qu’elle pense. Ce sont probablement de bons signes pour un avocat. Et ses cheveux frise?s? Elle a admis que c’e?tait une perruque, cadeau de sa grande soeur qui travaille comme coiffeuse et qui paie 8€ par mois pour la location.

De gauche a? droite, le pe?re de The?re?se, The?re?se et Soeur Vitaline.

La prochaine e?tape e?tait chez les soeurs Anne-Ge?raude et Pe?lagie. Nous sommes passe?s par un marche? tre?s anime? dans la rue.

Anne-Ge?raude nous a accueillis a? la porte.

Elle a garde? un important secret, mais c’est Catherine qui m’avait renseigne?—Anne-Ge?raude a une fille de sept ans qui s’appelle Anita. C’e?tait mieux de le savoir car, le sachant, j’ai apporte? une copie du livre de mon amie Georgie Badiel—un cadeau pour Anita.

Elle est charmante.

Leur me?re a contracte? le cancer et, il y a deux ans, a eu l’ablation d’un sein. Elle a beaucoup de difficulte?s a trouver 60€ par mois pour le me?dicament prescrit.—Letrozole. Nous avons fait quelques recherches et nous avons de?couvert que le Letrozole cou?te encore plus cher en France. Pour la famille, c’est un proble?me.

Malgre? cela, elle est ravie que ses deux filles pouvaient aller a? l’universite? et auront donc une vie meilleure.

En partant de chez Anne-Ge?raude at Pe?lagie, la voiture de Dr. Traore?—une Toyota a?ge?e de 20 ans— est tombe?e en panne. Heureusement, nous avons trouve? un me?canicien dans le coin. Odile est venue me chercher.

Christiane a nomme? Anne-Ge?raude la “capitaine” pour Bobo, et ce soir-la? elle a organise? chez Odile une re?union ge?ne?rale de toutes les be?ne?ficiaires. Mounirata et Rokia ont apporte? du bissap rouge pour tout le monde. Le bissap est une infusion africaine a? base de fleurs d’hibiscus. Boisson rafrai?chissante et saine.

Anne-Ge?raude a pre?pare? pour moi un message de bienvenue.

Nous avons fait un tour de la table. Des re?unions comme celles-ci ont e?te? propose?es par Christiane. Elle aimerait que nos be?ne?ficiaires se connaissent, se soutiennent et e?ventuellement parrainent les nouvelles be?ne?ficiaires.

Catherine a ensuite renforce? l’ide?e de l’importance de donner et non pas seulement de recevoir.

A la fin de la re?union, Yves, le mari d’Odile, a pris cette photo du groupe.

De gauche a? droite, debout: Anne-Ge?raude, Pe?lagie, moi, Catherine, Mouniratou, Franc?oise. A genou: Rokia, Odile et The?re?se.

 

France

Email: info@chanceforchangecharity.org