2017 Jour 14

Jour 14

Lundi 23 janvier 2017

Nous avons commence? notre journe?e en suivant la rue principale de Koudougou vers l’universite?.

Nous aidons quatre jeunes filles a? l’Universite? de Koudougou, qui a e?te? ferme?e pendant un certain temps l’anne?e dernie?re a? la suite d’un incendie dans le ba?timent de l’administration. Par conse?quent, plusieurs e?tudiants (mais pas les no?tres) ont du? recommencer leur anne?e du fait que leurs dossiers avaient brule?. Il semble que le ba?timent est maintenant fonctionnel.

Nous y sommes entre?s pour demander confirmation que nos jeunes filles e?taient inscrites. Ils l’ignoraient et nous ont dirige? vers le bureau des finances qui ne savait pas non plus et nous ont demande? d’aller au ba?timent de l’administration.

Je n’ai pas le temps pour ce genre de come?die. Je reviendrai l’anne?e prochaine quand ils seront peut-e?tre plus organise?s. Nous sommes ensuite alle?s au Lyce?e Wend Songda, ou? sont inscrites deux candidates pour l’anne?e prochaine—Roseline et Mai?lice. Il faisait 32 degre?s.

Nous avons trouve? l’e?cole tre?s facilement. J’y e?tais alle? plusieurs fois.

Des e?le?ves se reposaient dans la cour, toutes assises co?te a? co?te.

Philippe Bassinga, Directeur de l’e?cole, a revu les dossiers des deux jeunes filles. Roseline e?tait doue?e en histoire, ge?ographie et anglais; elle pourrait e?tudier les lettres modernes a? l’universite?, a-t- il observe?. Mai?lice, elle, e?tait doue?e en franc?ais. Peut-e?tre pourrait-elle e?tudier la traduction anglais- franc?ais. Nous l’avons remercie? pour ses conseils.

Nous avons ensuite pris une route non-goudronne?e jusqu’au Lyce?e Sougri Nooma, ou? e?tait inscrite une troisie?me candidate pour l’anne?e scolaire 2017-18, Me?laine.

Me?laine a e?te? appele?e au bureau du Directeur. Elle avait l’air terrifie?e.

Le Directeur nous a informe? que Melanie e?tait doue?e en ge?ographie et math. Une futur scientifique?

Vers midi, nous sommes alle?s jusqu’a? la maison de Roseline, ou? nous avons rencontre? son pe?re. Il ne parlait pas le franc?ais.

Elle est la huitie?me de neuf enfants. Elle reste a? la maison avec deux d’entre eux. La maison est propre. Il semble que ce sont des fervents Chre?tiens.

Le lit de Roseline sert aussi de bureau et de commode.

Elle voudrait e?tudier l’e?conomie et e?ventuellement travailler dans une banque. Peut-e?tre pouvons- nous l’aider avec cela?

Avant d’aller de?jeuner, nous sommes alle?s a? CEMEF, l’atelier de couture de Noe?lie. Nous avons discute? des budgets pour Ze?nabou, l’e?tudiante de CEMEF qui n’a pas pu payer ses frais de scolarite? et pour laquelle Noe?lie nous a demande? de l’aide, ainsi qu’Estelle, qui allait tout juste commencer a? CEMEF apre?s avoir perdu quatre mois pour raisons de sante?.

Apre?s le de?jeuner, nous sommes alle?s a? Sogpelce, l’e?cole primaire ou? Safiatou faisait son stage.

Ce n’est pas anormal d’avoir une centaine d’e?le?ves dans une seule classe. Mais ils semblent sages et bien e?leve?s.

Ils sont la? pour apprendre.

Notre prochaine e?tape e?tait pour le Lyce?e Ge?rminal, ou? Clarisse e?tait en dernie?re anne?e de secondaire. Elle est la quatrie?me candidate propose?e par Solidarite?—c’est elle qui n’avait pas pu venir hier a? la re?union ge?ne?ral. Nous l’avons retrouve?e. Le Directeur de l’e?cole, Arthur Ouedraogo, a revu son dossier. Elle a eu des notes me?diocres.

Clarisse a e?te? appele?e au bureau. Je lui ai explique? l’opportunite? qui e?tait devant elle.

Elle e?tait ravie mais il lui faut tout d’abord re?ussir a? son bac.

J’ai voulu donner a? Noe?lie 55,000 f CFA (80€) pour acheter un nouveau ve?lo pour Estelle— puisqu’elle est malade depuis sa naissance et qu’elle n’a pas assez de force pour marcher jusqu’au CEMEF. Noe?lie a proteste?—“Il ne faut pas acheter un ve?lo neuf car un d’occasion servira aussi bien.” Nous sommes alle?s au marche? central, pre?s de la mosque?e.

 

Elle a demande? a? un ami, un me?canicien, de nous accompagner. Il a choisi un bon ve?lo pour 38,000 f CFA (60€). Vendu.

Nous e?tions tous contents.

Notre dernier rendez-vous de la journe?e e?tait a? l’Institut Supe?rieur de Management, ou? Edwige e?tait en dernie?re anne?e de Master en gestion de ressources humaines.

Je pense qu’elle re?ussira dans sa carrie?re. Un administrateur de l’Institut nous a dit que le gouvernement avait besoin de tels spe?cialistes.

Elle devrait faire un stage de six mois cette anne?e et ensuite pre?parer sa the?se sur ce sujet. Elle aura peut-e?tre besoin d’un an avant sa soutenance.

Je compte sur elle.

Son institut est dans un ba?timent de trois e?tages; pour Koudougou, c’est un gratte-ciel. Du balcon, j’ai pu voir la station d’autobus. C’est de la? que j’aurais du? prendre le car pour retourner a? Ouagadougou demain matin. Mais heureusement, Christiane a offert d’envoyer Abdoulaye me chercher. C’est un ange.

France

Email: info@chanceforchangecharity.org