2017 Jour 20 & 21

Dimanche 29 et lundi 30 janvier 2017

Il me restait deux jours avant de terminer cette visite 2017 au Burkina. Nous avons commence? le programme de dimanche par une rencontre avec Rajaa chez elle. Mariam m’y a accompagne?. C’est elle qui nous avait propose? Rajaa comme be?ne?ficiaire. Rajaa est en troisie?me anne?e de Licence en te?le?communications a? l’Universite? de l’Aube Nouvelle a? Ouaga. Son pe?re est au cho?mage depuis six ans et sa me?re est agent itine?raire de sante?. Rajaa est la troisie?me d’une fratrie de sept.

Rajaa, Mariam et moi.

Elle voudrait continuer vers un Master, mais notre politique a change?e. Jusqu’ici nous avions finance? sept jeunes filles pour le Master qui ont termine? leurs e?tudes. Pas une seule a soutenu sa the?se pour avoir son diplo?me et cela nous a beaucoup cou?te?.

Nous avons donc demande? a? Rajaa de patienter.

De chez Rajaa nous sommes alle?s au Village Artisanal ou? j’ache?te de la bijouterie pour revendre au profit de notre association. J’ai commence? par Yahaya, un Haussa qui fabrique de belles choses.

Nous avons ensuite trouve? le stand d’Ibrahim, un Touareg. Cela fait au moins cinq ans que j’ache?te chez lui.

J’ai demande? a? Mariam de choisir pour moi car je n’ai pas beaucoup de gou?t pour la bijouterie.

Ce soir-la?, Mariam et moi avons di?ne? ensemble pour parler de Chance for Change, notre association soeur aux USA. Elle est la repre?sentante de CFC au Burkina.

Le lendemain, je suis alle? au bureau de Christiane pour une revision de ma visite. Elle m’a pre?sente? une colle?gue, Elise. Ensemble elles pre?parent un projet pour le BWEF et le CFC pour les trois prochaines anne?es.

Elise

Pour cette anne?e 2017, elles proposent que nous identifions des crite?res pour choisir nos be?ne?ficiaires sur la base de ne?cessite? et potentiel. Elles voudraient cre?er un comite? pour les se?lectionner. Les candidates devraient nous pre?senter un CV et une lettre de motivation. Elles proposent e?galement que nous formions nos be?ne?ficiaires pour l’utilisation des ordinateurs que nous leur avons donne?s, en demandant a? Clarisse, notre ancienne be?ne?ficiaire qui a fait un Master en informatique, de l’organiser.

En deuxie?me anne?e, elles sugge?rent que nous cre?ions un programme de sante? sexuelle. Pourrions- nous demande? a? Safia, membre de notre bureau, d’en e?tre la directrice? Michel Komi, infirmier a? Koudougou, est pre?t a? donner des cours avec Safia. Dr. Taore? pourrait nous conseiller et Odile, qui est pe?diatre, pourrait peut-e?tre conseiller nos jeunes mamans sur l’education de leurs enfants?

Elles e?taient toujours a? re?fle?chir pour la troisie?me anne?e. Les bureaux de nos deux associations devraient en discuter.

Avec Elise et Christiane

Dans l’apre?s-midi, je me suis repose? dans le jardin de l’ho?tel avant mon vol du soir. Diane est passe?e prendre de l’argent pour acheter une lampe solaire que je lui avais promise. Je me suis souvenu de la premie?re fois que je l’ai rencontre?e en 2011 quand elle e?tait en terminale. Elle avait perdu ses deux parents depuis l’a?ge de trois ans et elle a e?te? e?leve?e par un oncle. Elle n’avait pas de famille a? Ouaga ou? elle faisait ses e?tudes supe?rieures. Nous l’avons donc aide?e 12 mois sur 12.

Quel plaisir de voir ce que cette jeune est maintenant devenue! Elle termine cette anne?e ses e?tudes de Master en comptabilite?.

J’espe?re que vous avez appre?cie? ces 21 jours au Burkina que j’ai partage? avec vous aux cours desquels vous avez pu rencontrer presque toutes les jeunes femmes que nous aidons ces sept dernie?res anne?es. J’espe?re e?galement que vous comprenez comment un peu d’aide de l’exte?rieur peut changer une vie dans un des pays les plus pauvres au monde.

Vous avez de me?me rencontre? sept candidates pour l’anne?e scolaire 2017-18. Elles comptent sur vous.

Merci.

France

Email: info@chanceforchangecharity.org