2017 Jour 12 & 13: Koudougou

Jours 12 et 13

Samedi 21 et dimanche 22 janvier 2017

Le car pour Koudougou ne partait qu’a? 13h30. J’avais donc la matine?e pour moi. Je de?gustais mon cafe? en regardant le jardin d’Yves et Odile, plein de cartons d’aide. L’abri qu’ils ont construit pour entreposer davantage de cartons est au fond du jardin.

Odile a propose? qu’on visite un magasin de l’artisanat, qui s’appelle “Ma Copine”, dirige? par deux femmes.

L’une d’elles, Cynthia, m’a aide? a? choisir des objets a? vendre en France.

J’ai quitte? Bobo et je suis monte? dans le car. Il semblait e?tre un ve?hicule d’occasion Chinois. Nous sommes toutefois arrive?s a? Koudougou a? l’heure pre?vue (cinq heures de route).

Apre?s avoir bien dormi, nous sommes partis dans la voiture de M. Nana (qui affiche 450,000 km au compteur). Mon chauffeur de ces cinq dernie?res anne?es e?tait parti. Il m’avait envoye? un mail de Brooklyn! C’est le jeune fre?re du proprie?taire qui l’a remplace?. Il s’appelle Wenseslas. La circulation a? Koudougou e?tait tre?s encombre?e.

Premier arre?t—chez Fayssatou. Elle a e?te? aide?e au niveau secondaire par notre association soeur, Solidarite?. Elle a e?choue? au Bac en 2015 et en 2016. Toutefois elle a pu s’inscrire dans une e?cole de sante? apre?s avoir re?ussi a? un test d’admission. Puisque sa me?re gagne un peu d’argent en vendant des yaourts, nous ne payons que ses frais de scolarite?. Maman paie le reste.

Son pe?re a e?te? administrateur d’un ho?pital bien connu. Il est mort d’une crise cardiaque il y a plusieurs anne?es. Selon sa me?re, Fayssatu repe?tait a? son pe?re depuis l’a?ge de 9 ans qu’elle voulait e?tre sage femme.

De gauche a? droite, sa me?re, Fayssatou et son petit fre?re. Il y a un total de trois enfants.

On verra maintenant si elle va re?ussir.

Nous sommes ensuite alle?s chez Marie-The?re?se. C’est elle qui a e?te? ope?re?e d’une tumeur a? l’intestin. Elle semblait e?tre de bonne humeur. Ses cours ont commence? fin de?cembre, quand elle e?tait a? l’ho?pital. Son amie Arzouma a photocopie? les notes de classes pour qu’elle puisse e?tudier de son lit.

Ses parents sont des agriculteurs. Elle a deux petits fre?res.

Elle e?tudie les lettres modernes pour enseigner au niveau secondaire.

J’espe?re qu’elle pourra rattraper ses cours. Elle m’a dit qu’il lui fallait aller a? Ouaga le lendemain pour un contro?le et qu’elle n’avait pas les moyens. Je lui ai donne? quelque chose. Et puis, oh Mon Dieu, encore un coq. Je pourrais monter une ferme. Me souvenant des conseils d’Edwige, j’ai accepte? la be?te en les remerciant.

 

Notre prochain arre?t e?tait chez Arzouma. Elle nous attendait a? ve?lo pre?s de l’universite? et nous l’avons suivie jusqu’a? la maison.

Nous nous sommes installe?s dans le salon avec sa “grand-me?re”. En fait, c’est la tante de son pe?re. Ses parents, qui ne s’e?taient jamais marie?s, se sont se?pare?s quant elle avait trois ans. Sa “grand- me?re”, qui a? ce moment-la? n’avait pas d’enfants, a demande? de la garder. (Elle a elle-me?me eu trois enfants depuis.)

Arzouma e?tudie l’histoire; elle dit qu’elle voudrait e?tre arche?ologue. Attendons—ne faisons qu’une e?tape a? la fois. Elle est au moins a? l’aise chez sa “grand-me?re”, qui travaille dans la cuisine d’une e?cole prive?e.

On verra ce qu’elle deviendra une fois qu’elle aura termine? ses e?tudes.

La dernie?re visite de la matine?e e?tait pour une autre Marie-The?re?se. Celle-ci est en deuxie?me anne?e de Licence en marketing. Elle m’avait de?ja? rendu visite chez Pe?re Albert. (Jour 7.) Elle nous a invite? a? entrer. Au sol, il y avait des paquets d’oignons en pre?paration pour la vente au marche?.

Elle habite avec sa me?re et deux soeurs adultes; toutes les trois vendent des le?gumes au marche?. Le pe?re est de?ce?de? il y a plus de vingt ans.

Elle va essayer de trouver un emploi a? la fin de cette anne?e scolaire. Si elle n’en trouve pas, elle continuera ses e?tudes pour la Licence. Je trouve qu’elle n’aspire pas assez haut.

Apre?s le de?jeuner, nous sommes alle?s chez Safiatou. Elle est en deuxie?me et dernie?re anne?e de formation pour e?tre enseignante en primaire. Nous lui avons apporte? un gros carton de livres, cadeau d’Odile qui nous l’avait recommande?e.

Le mari de Safiatou, Adama, e?tudie a? l’Universite? de Kououdougou pour e?tre surveillant d’e?cole. Ils habitent une petite maison qu’ils louent de l’universite?. Ils ont un fils, Samir, qui a maintenant deux ans et demi. Safiatou a choisi ce livre pour lui.

Un membre de la famille garde Samir pendant que ses parents vont a? l’e?cole.

Nous avons discute? le programme d’e?tudes de Safiatou ainsi bien que son budget. Pendant cette anne?e scolaire, elle passe presque toute l’anne?e en stage dans une e?cole avoisinante. A la fin de l’anne?e, il y a un mois de cours et un examen final. Pour e?tre titularise?e, elle devra re?ussir a? un examen national. Il existe des cours pratiques pour se pre?parer a? cet examen. Nous avions de?ja? finance? cela avec succe?s pour d’autres be?ne?ficiaires. Je lui ai donc donne? de l’argent.

Adama, a? gauche, Safiatou et moi.

Nous avons quitte? Safiatou et Adama et nous sommes rentre?s chez Pe?re Albert, ou? des candidates pour l’aide pour l’anne?e scolaire 2017-18 nous attendaient. C’est Noe?lie qui a organise? la re?union. Trois d’entre elles e?tait aide?es au niveau secondaire par Solidarite?: Me?laine, Rosaline et Clarisse, qui n’est pas venue. (Nous la retrouverons ulte?rieurement.) Une quatrie?me, Mai?lise, e?tait propose?e par Lambert, l’agronome de Bobo. Finalement, il y avait Estelle, pour qui nous avions approuve? une bourse l’anne?e dernie?re qu’elle n’a pa pu utiliser pour raisons de sante?. Elle e?tait venue avec son pe?re pour essayer de re?gler le proble?me.

J’ai explique? ce qu’est le BWEF et j’ai distribue? des formulaires avec lesquels elles pourront de?clarer leur inte?re?t pour l’aide financie?re. Une fois qu’elles auront re?ussi a? leur Bac, elles rempliront un formulaire plus de?taille?.

Elles ont tre?s soigneusement e?tudie? le formulaire avant de le remplir.

J’ai parle? ensuite en prive? avec Estelle et son pe?re. Elle voulait e?tudier la couture. Son pe?re pre?fe?rerait qu’elle le fasse a? CEMEF, l’atelier de Noe?lie. Noe?lie e?tait d’accord; elle pouvait commencer imme?diatement. Elle aura besoin d’un ve?lo, ce qui e?tait pre?vu dans notre budget de l’anne?e dernie?re, budget qui incluait e?galement le nece?ssaire pour la nourriture du midi, pour la sante? et l’hygie?ne. Voila? qui est fait.

France

Email: info@chanceforchangecharity.org